Poster un commentaire

LE CASSE DU CONTINUUM – COSMIQUE FRIC-FRAC.

Le casse du continuum – Cosmique fric-frac (2014) de Léo Henry. Éditions Gallimard, Folio, 2014.

le-casse-du-continuumSept mercenaires, les tout meilleurs de la galaxie dans leurs spécialités respectives, sont recrutés par un mystérieux commanditaire pour réaliser un casse qui sauvera l’univers.

 

Ce roman semble une pochade, tant l’action y est menée à toute blinde, sans fioritures, et aligne avec un joyeux aplomb les scènes-clichés, les courts chapitres qui le compose reprenant souvent des séquences déjà vues dans des dizaines de blockbusters : la mercenaire Lara Crofto-Resident Evilienne qui dézingue toute une armée à elle seule, le casse ultra pointu plein de suspense, la bagarre de bar, la partie de poker létale, la relation amoureuse au lourd passé, etc… ; et bien sûr, la mission impossible : « Je résume, reprit Tabitha. Il faut entrer tous les sept dans les rêves de Dieu. Arriver jusqu’à son cerveau sans se faire repérer, puis l’opérer contre son gré. Tout ça avec un virus à nos trousses et dans un temps limité. En cas d’échec : la mort pour chacun de nous, la déroute pour l’Empire. »

La structure-même de ce roman épouse une forme poncifienne en quatre parties : présentation individualisée des personnages en pleine action qui révèle leurs super-aptitudes respectives ; regroupement de toute l’équipe en un lieu secret pour préparer la mission -avec évidemment quelques tensions entre certains membres d’icelle- ; l’accomplissement cette mission avec de multiples péripéties ; l’épilogue. Ajouter à tout cela traitrise, mensonge, duplicité et vengeance ; parsemer de termes purement SF (« squid », « sniffeur ») ; agrémenter le tout d’un zeste de space opéra, d’une pincée de cyberpunk, d’un soupçon de Philip K Dick et d’une bonne dose de shoot’em up et voilà Le casse du continuum.

En définitive, Léo Henry propose un roman qui en rajoute tellement que, pris au second degré, il offre le plaisir d’une lecture futile et un peu bourrin qui malgré tout laisse transparaître le solide savoir-faire de l’auteur puisque parvenant quand même à gaiement embarquer le lecteur avec une allègre énergie dans cette aventure.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :